mardi 30 avril 2013


140 euros de pension mensuelle pour les titulaires allemands des contrats de travail ‘minijobs’

Les 4,65 millions d’Allemandes qui ont accepté un « minijob », ces emplois précaires à temps partiel rémunérés 400 euros par mois au maximum risquent de tomber dans l’extrême pauvreté au moment de leur retraite. Le quotidien Süddeutsche Zeitung a calculé que compte tenu du très faible montant de cotisations (3,11 euros par mois pour une personne qui est en contrat pour une durée de un an), ils ne pourraient avoir droit qu’à une pension de 139,95 euros par mois.

Les minijobs intéressent beaucoup les patrons allemands qui leur permettent de réduire leurs charges sociales par rapport aux contrats de travail conventionnels, et 7,4 millions d’Allemands travaillent dans le cadre d’un tel contrat. Les femmes sont majoritaires parce qu’il leur permet de passer plus de temps avec leurs enfants tout en conservant une activité professionnelle et un revenu d’appoint. 

Mais le contrat condamne les jeunes femmes à la précarité, ce que la ministre allemande de la Famille, Kristina Schröder a résumé en estimant que le minijob était une « impasse biographique pour de nombreuses jeunes mères qui sont à la recherche d’un travail régulier ».

La ministre du Travail Ursula von der Leyen envisage de compléter les pensions de retraite des titulaires de minijobs qui accepteraient de cotiser un peu plus pour leur permettre d’atteindre le montant de 365 euros mensuels, ce qui leur permettrait de bénéficier du minimum vieillesse fixé à 688 euros. Mais les syndicats ne sont pas d’accord. Michaela Rosenberger, de la NGG, réclame la suppression pure et simple des minijobs.

Source : express.be

Plasma le «Saint Graal» de la génération et de stockage d'énergie



Les scientifiques de l'Université du Missouri ont mis au point une nouvelle façon de créer et de contrôler plasma qui pourrait transformer la production d'énergie américaine et le stockage.

Randy Curry , professeur de génie électrique et informatique à l'Université du Missouri de la faculté d'ingénierie , et son équipe ont développé un dispositif qui lance un anneau de plasma à des distances pouvant aller jusqu'à deux mètres. Bien que le plasma atteint une température plus chaude que la surface du soleil, il n'émet pas de radiations et est complètement sûr à proximité de l'homme.

Alors que la plupart d'entre nous sont familiers avec trois états de la matière - liquide, gazeux et solide - il ya aussi un quatrième état appelé plasma, qui comprend des éléments tels que le feu et la foudre. La vie sur Terre dépend de l'énergie émise par le plasma produite lors des réactions de fusion dans le soleil.
Le secret de la réussite de Curry se développe une façon de faire plasma former son propre champ d'auto-magnétique, ce qui tient ensemble comme il se déplace dans l'air.

«Le lancement de plasma à l'air libre est le« Saint Graal »dans le domaine de la physique", a déclaré Curry.

«Création plasma dans un tube à vide entouré par des électroaimants puissants n'est pas grave; des dizaines de laboratoires peuvent le faire. Notre innovation permet au plasma de se tenir ensemble pendant qu'il se déplace dans l'air ordinaire, sans qu'il soit nécessaire de confinement ".
Le dispositif à plasma pourrait également être élargie à gérer beaucoup plus grandes quantités d'énergie, at-il dit.



Pour les travaux en cours, Curry et son équipe ont utilisé des technologies plus anciennes pour construire leur prototype d'une machine de production de plasma. Mais un dispositif beaucoup plus petits en utilisant les nouvelles, pièces miniaturisées pourrait également être construit dans les trois à cinq ans avec un financement suffisant, Curry dit.

«Nous avons une équipe de classe mondiale au Centre de MU pour Physical Electronics & Power, mais cette équipe va s'évaporer sans financement."


L’appartement à sept millions d’euros de Thomas Fabius


Le fils du ministre des Affaires étrangères a acheté l’an passé un bien immobilier dans d’étranges conditions. La justice s’y intéresse.

Déjà condamné en 2011 pour une affaire d’ »abus de confiance » dans laquelle il avait opté pour une procédure de « plaider-coupable », Thomas Fabius est de nouveau dans le collimateur de la justice.

Cette fois, le parquet de Paris s’intéresse aux conditions d’achat d’un somptueux pied-à-terre acquis l’an passé pour sept millions d’euros. En juin 2012, le fils de Laurent Fabius, tout juste âgé de 31 ans, s’offre l’ancien appartement du réalisateur Claude Zidi. Un 280 mètres carrés situé au 199 bis d’une des artères les plus huppées de la capitale.

Thomas Fabius a expliqué au Point avoir financé son achat par un emprunt bancaire assorti d’une mystérieuse garantie. D’autres sources impliquées dans la vente évoquent des gains de jeu…

Comment, alors qu’il ne paie pas d’impôt sur le revenu alors qu’il est résident fiscal en France, a-t-il pu acquérir un bien de sept millions d’euros sans que les services de Bercy cherchent à en savoir plus ? À notre connaissance, Thomas Fabius n’a fait l’objet d’aucune enquête fiscale. Et cela, malgré un signalement de Tracfin, le service chargé de repérer les circuits financiers clandestins.

Sources : Le Point / Le Journal du Siècle
Benjamin Fulford



La mafia désespérer tente de soudoyer le president russe Vladimire Poutine d'une offre de puissance mondiale : des gnostiques Illuminati

L'adorateur de Satan Mafia qui a pris le contrôle du système financier occidental est littéralement de vouloir offrir le monde  président russe Vladimir Poutine, dans une tentative désespérée pour rester au pouvoir, selon un grand maître des gnostiques illuminati et l'agent du MI6. Ça doit être pour ça que officiellement la Russie maintient sa position avec l'attentat à la bombe évidemment faux de Boston, une opération de guerre psychologique contre le peuple américain. IL Doit également être dit pourquoi il a donné le feu vert pour le Japon et la Russie qui devraient sceller un accord sur une crise territoriale qui a existé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Toutefois, aucun rôle offert à Poutine de supérieure à ce qu'elle a déjà, il est extrêmement peu probable, car l'armée américaine n'est plus en charge par les régimes sionistes.
Il est également clair qu'une énorme confrontation a eu lieu aux États-Unis et les sionistes qui cligna des yeux d'abord et maintenant font preuve de peur et de soumission. Preuve de ceci peut être vu dans de nombreux endroits.

Un exemple clair est la situation en Syrie, où les tentatives de créer une plus grande guerre ont été frustrés. Les opérations psychologiques d'Israël accusant la Syrie d'utiliser des armes chimiques pour "envelopper" les Etats-Unis à envahir la Syrie pour eux, par exemple, ont échoué. Le gouvernement israélien est également devenu la cible de blagues autour du monde pour avoir répéter en continu pendant plus de 20 ans que "l'Iran est a un mois ou deux de construire une bombe nucléaire."

Au lieu de cela, la communauté du renseignement et de l'armée du monde a enfin compris que la «terreur des fondamentalistes islamiques» sont effectuées par les sionistes, et non par les musulmans. Le régime sioniste pseudo-saoudien est également l'objet d'attaques sévères pour son rôle dans le financement des meurtres et de la profusion du chaos. Tous les descendants masculins du roi d'Arabie saoudite seront des cibles d'assassinat s'il est de ne pas abandonner immédiatement le pouvoir, selon plusieurs différentes sociétés secrètes, y compris le Dragon Vert.

Quoi qu'il en soit, le sioniste qui tente de démarrer la Troisième Guerre Mondiale sont défaillants sur tous les fronts.

En Asie, une flottille de laquais sionistes ont été envoyés à provoquer la Chine en raison d'une petite pierre au milieu de l'océan et ont été ignorés. masse des visites de politiciens au sanctuaire de Yasukuni à Tokyo, n'a pas réussi à obtenir une réponse rationnelle de la Chine, qui a appelé à un débat sérieux au sujet de la vérité historique. Les tentatives pour lancer la terreur nucléaire en Asie et en accusant la Corée du Nord ont également été annulées.

Au lieu de cela, le 28 Avril au Japon se déclare comme un pays indépendant pour la première fois en 61 ans.

Cette cérémonie célèbre la signature officiel  du Traité de paix de San Francisco en 1952, mais réellement il célèbre l'indépendance japonais, cette année, 

Un nouveau mouvement de renforcer les relations avec la Russie est un bon signe de cela. Les pays ont signé un accord de paix en 1956, dans lequel la Russie a décidé de renvoyer deux des quatre îles contestées. Les Japonais ont été obligés de refuser par les sionistes dans le passé, dans le cadre d'une campagne pour garder leur colonie japonaise isolé de ses voisins.

Le Premier ministre Abe et le président Poutine a annoncé aujourd'hui que les travaux vers un accord de paix seront fondé sur l'accord précédent. C'est pourquoi la Russie et le Japon ont convenu maintenant d'améliorer radicalement les relations économiques dans l'Extrême-Orient. Ils ont également convenu que les deux garde au frontières avec la Chine,  ont un intérêt commun à ce que la Chine ne devienne pas une menace à l'avenir.
a lire ici

La situation en Corée du Nord est également stabilise. Les gnostiques Illuminati disent qu'ils veulent supprimer le pouvoir de Kim Jong-un. Le renseignement militaire japonais dit Kim Jong-un a peu de pouvoir réel des puissants généraux et provocateur qui réclament le combat. Cependant, des sources des gouvernements chinois et nord-coréens disent que de grands progrès ont été accomplis pour la réunification pacifique des deux Corées et la normalisation des relations de la région avec le reste du monde. Voici un exemple de ce que les Nord-Coréens se disent:


Ce qui est loin de la propagande sioniste qui peint la Corée du Nord: un régime déterminé à créer le chaos nucléaire fou. Il est également intéressant de noter que les exercices militaires provocatrices entre les Etats-Unis et la Corée du Sud ont été fermés.

Il est également clair que les sionistes ne sont plus pris en charge par la grande majorité des Européens et des Américains, y compris les Juifs. Au lieu de cela, les gens se réveillent à leur projet de créer une ambiance unique totalitaire dans le monde, le "Nouvel Ordre Mondial".
Par exemple, une étude récente montre que la majorité des Français, Allemands, Britanniques, Italiens et Espagnols ne font pas confiance l'UE, ou devrait ont l'appeler URSE (Union des Républiques socialistes européens).

Il est également clair que les tentatives de terroriser le peuple américain à accepter un régime totalitaire sont défaillants. Un récent sondage d'opinion réalisé peu de temps après les opérations psychologiques de fausses bombes Boston montre que moins d'Américains sont prêts à "renoncer à leur liberté au nom de la sécurité." Les bombes ont causé l'effet inverse.


Il ya aussi des signes que les sionistes sont en train de perdre le contrôle de leurs machines magiques à imprimer de l'argent, connu comme le Conseil de la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne. La semaine dernière, le grand criminel finances Henry Paulson (Goldman Sachs, Trésor américain, etc.) Et le criminel de guerre Henry Kissinger sont apparues lors de la réunion Xinhua nouvelles avec le président chinois Xi Jinping. Sources du gouvernement chinois disent qu'ils étaient là pour une mission de mendicité, mais il est venu les mains vides. 

Les mêmes sources affirment que le gouvernement chinois estime que les tremblements de terre observés en Chine la semaine dernière ont été causées par une arme de l'environnement, dans le cadre d'une tentative d'extorsion de fonds en provenance de Chine. L'attaque armes biologiques "grippe aviaire" en cours contre la Chine se voit aussi dans la même lumière.

Les plusieurs attentats à la bombe sont vus par le monde (Tchécoslovaquie, Irak, Syrie, etc.), Au mieux, considérées comme l'agonie de la machine de la terreur sioniste qui se meurt, et font partie d'une campagne réussi à garder le contrôle par la peur. Ce sont eux qui devraient avoir peur, parce qu'ils vont tomber, et va tomber lourd.

Je dois aussi mentionner que le projet de loi Gates a  fatigué  mon compte Hotmail qui a éter censuré et contrôlé. Les gens que je rencontre  me demande d'envoyer des emails, m'appellent au téléphone régulièrement pour dire qu '«il ya des problèmes avec ce compte e-mail." Les e-mails ne passent que  ceux qui contiennent des avertissements d'attaques terroristes sur le nucléaire . Mon compte Skype a également été piraté d'une manière similaire. Vous perdez votre temps, M. Gates et ses amis sataniques, les seuls messages importants que j'envoie sont manuscrits et livré par la main et envoyés personnels.

La loge maçonnique P2 en Italie a admis que "les algorithmes sont brisées" dans le système financier, et une sorte d'accord doit être conclu concernant la garantie perles mondiale.
Ils ont suggéré contact avec un certain Sultan, en Asie du Sud-Est. Le message a été transmis. Il est temps de mettre fin à la guerre et couper les financierde leur sources de financement la terreur sioniste. Les peuples du monde veulent la paix.

Source : Traduit de Benjamin Fulford

lundi 29 avril 2013


"J'ai passé 17 ans à développer divers produits chimiques pour les chemtrails - Vous pouvez me demander presque n'importe quoi..."

"Je ne peux pas dire avec 100 % de certitude que les produits chimiques, sur lesquels j'ai travaillés, se sont retrouvés dans les avions d'Evergreen, mais je sais que c'est un fait avéré, que les compagnies aériennes de fret comme Evergreen acceptent régulièrement de grosses sommes d'argent pour charger et disperser des chemtrails. C'est beaucoup plus lucratif que de transporter du fret."


Les buts : Ils sont trop nombreux pour les compter sur ses dix doigts. Cela dépend vraiment de où ils vont être utilisés. Beaucoup sont des agents calmants. D'autres induisent un état de flou. Rarement, on nous a demandé de développer des mélanges qui incitaient à la colère ou à un comportement impétueux. 90 % de ce que nous avons développé visait à altérer les émotions, l'humeur ou à provoquer un certain état d'esprit.

Toxicité : Dans presque tous les cas, il était très clair pour nous, que ce que nous développions devrait avoir une toxicité minimale. Naturellement, un petit pour cent de la population développera une tendance allergique à un composé chimique. Mais dans certains cas, nous sommes même allés aussi loin que dans l'expérimentation animale pour s'assurer que les produits chimiques, sur lesquels nous avions travaillés, étaient relativement non-toxiques. Je n'ai jamais travaillé sur un projet où le résultat escompté était toxique / mortel.

Répartition / Accumulation : Elle varie énormément en se basant sur la structure chimique. Certains de ces mélanges que nous avons développé étaient prévus pour se dissiper jusqu'à un niveau de concentration aussi faible qu'une partie par milliard au moment où ils atteignaient le niveau du sol. D'autres ont été spécifiquement conçus pour atteindre le niveau du sol et peuvent tenir pendant une durée d'une année. Même après le passage de la pluie, du vent, de la neige, etc.

Je sais que 99 % du temps, un pilote commercial n'est pas au courant que leur avion peut pulvériser des chemtrails. J'ai réalisé après un certain temps que, quel que soit l'organisation qui est «en coulisses» de tout cela, ils sont très bons pour faire en sorte de traiter directement avec le moins de gens que possible. Je n'ai jamais su qui était en traitance des services de mon employeur. Pas une seule fois.

Je sais que l'Amérique du Nord n'est pas le seul continent qui utilise des ADC (aerially dispersed chemicals = produits chimiques dispersés par voie aérienne) à l'insu de la population. Cependant, je sais aussi que la technologie chimique des autres pays sont près d'une décennie en arrière de celle que possède les États-Unis.
  Je ne savais pas où les produits chimiques sur lesquels j'avais travaillé finissaient par être utilisés. Comme je disais avant, il y a beaucoup de secret. Je l'ai fait pendant 17 ans parce que le salaire et les avantages étaient très intéressants. Tout ce que je peux dire, c'est que parfois on nous a donné la tâche de développer des mélanges chimiques dont on attendait des résultats très précis, ce qui m'a donné l'impression qu'ils seraient utilisés dans une zone spécifique. État, région, comté, ville - je ne sais pas. Je sais qu'il serait très difficile de cibler une zone plus petite qu'une ville, à la vue de l'altitude d'un avion commercial.

Aussi, j'ai travaillé sur quelques projets dont l'intention était de développer un mélange qui ne se disperserait pas très loin, et qui s'atténuerait aussi vite que possible sans se répandre.

Nous avons l'usage du baryum dans plus d'un produit final. Cependant, pour l'ensemble de ces projets, nous avons mené des tests approfondis pour s'assurer que les produits chimiques se dissiperaient à des niveaux non toxiques, au moment où ils atteignent le niveau du sol. La Barytose (maladie due au baryum) était une préoccupation majeure de nos contracteurs lors de l'élaboration de quoi que ce soit où le baryum était nécessaire. La plupart de nos mélanges finaux qui utilisaient du baryum ont été conçus pour atteindre le niveau du sol à un niveau de concentration de une partie par million voire moins.

Je ne veux pas vous raconter n'importe quoi. J'ai été hors de l'entreprise pendant assez longtemps, au point où je me sens en sécurité, quand à la révélation de certains détails concernant mon emploi passé. Cela, et ce verre de scotch.   Raisons pour la pulvérisation : ... Comme je l'ai dit, nous n'avons jamais connu les véritables intentions des contractants. Mais neuf fois sur dix, c'était assez évident parce que quand ils nous demandent de développer des composés chimiques, ils doivent aussi nous dire ce qu'ils veulent en faire. Pour en nommer quelques-unes : 

La modification du climat, des suppresseurs d'émotions, des expectorants d'émotions, la modification de l'environnement. En outre, il est intéressant de noter que vous pouvez aussi mentionner "la maladie / les symptômes de la grippe" - bien que j'ai déjà dit que, avec 99 % de nos produits, nous avons été spécifiquement chargé de veiller à leur non-toxicité, il y avait cependant quelques projets, sur lesquels nous avons travaillés qui étaient destinés à créer des «symptômes», sans causer aucun dommage réel pour les sujets.   Nos mélanges n'ont jamais été brevetés. Principalement parce que les brevets sont de notoriété publique. Mais les brevets peuvent toujours être gardés secret, nos mélanges n'ont jamais été brevetés dans le but d'un plausible déni et ainsi éviter tout trace sur papier. Gardez à l'esprit que presque tout ce qui nous a été confié de faire, n'était pas légal dans presque tous les sens du terme. Je peux, cependant, me souvenir d'un projet qui fut conçu pour fonctionner différemment en fonction de l'ensoleillement - c'était un projet de modification du climat.

Je me sentirais bien, bien pire si la non-toxicité n'avait pas été une telle inquiétude comme ça l'a été. Mais même ainsi, j'ai dû traité avec une grande quantité de regrets, depuis ma retraite. Un problème d'alcool en à même surgit. Mais j'ai réussi à y venir à bout avec ces presque deux décennies de travail, et je suis prêt à accepter le sort qui m'attend.   Faites-vous allusion à la drogue “Midazolam” ? Tout ce que je sais, c'est que c'est une drogue assez controversée, mais en regardant la structure chimique, ce je peux dire c'est qu'elle partage certaines propriétés réactives avec des produits chimiques élaborés dans des projets ayant l'intention de modifier un état d'esprit.   Je vais essayer de résumer le projet sans être trop spécifique. Nous cherchions dans une famille spécifique de récepteurs “G” associés à des protéines que l'on ne trouvent que dans le tissu cérébral. Le progrès réalisé est que nous avons développé un inhibiteur pour un récepteur spécifique dans cette famille. Ce récepteur spécifique est impliqué dans la création et le stockage de nouveaux souvenirs. En développant un composé qui se lie au récepteur et en bloquant la liaison du composé naturel créé, nous avons obtenu un succès mitigé dans l'inhibition de la création et du stockage de nouveaux souvenirs. Mais les tests des taux de mortalité étaient trop élevés, et le projet fut abandonné. Un des projets les plus intéressants sur lequel nous ayons jamais eu à travailler, cependant.

Il est possible que certaines choses que nous avons créées interagissent avec des médicaments en vente libre ou sous ordonnance... Lors du test de composés, nous avons vérifié les effets secondaires avec les médicaments les plus répandus, en vente libre et sur ordonnance (acétaminophène, ibuprofène, etc.) Mais il n'y avait aucun moyen possible pour nous de tester et vérifier les interactions avec tous les médicaments sur le marché.

Source : claireseveracrebellion





Mariage pour tous : les Suisses vont légaliser l’inceste


Mariage pour tous : les Suisses vont légaliser l’inceste


Comme "la notion de famille a beaucoup évoluée", le législateur suisse compte dépénaliser les rapports sexuels au sein de la famille. Quel réactionnaire incestophobe s’insurgera contre l’adaptation de la législation à l’évolution de la société ?


Une vidéo d’un débat qui fait actuellement l’actualité en Suisse nous rappelle étrangement notre « mariage pour tous ». Au nom du rare nombre de cas et de l’évolution de la famille, les Suisses vont légaliser les rapports sexuels entre un enfant (adulte) et ses parents. Les arguments avancés par les défenseurs de la dépénalisation sont frappant tant ils nous rappellent ceux avancés par Christiane Taubira, Audrey Pulvar et Caroline Fourest…

Pourra-t-on un jour épouser son père ou sa fille au nom du mariage pour tous ?

Source : claireseveracrebellion

Claude Guéant Un versement de 500 000 euros découvert sur un compte


Un versement de 500 000 euros découvert sur un compte de Claude Guéant


Des juges s'interrogent, selon Le Canard enchaîné à paraître mardi 30 avril, sur le versement de plus de 500 000 euros depuis l'étranger sur un compte de l'ex-ministre de l'intérieur Claude Guéant. Ce dernier a immédiatement démenti tout lien entre cet argent et un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

L'hebdomadaire révèle que les enquêteurs ont découvert ces versements lors d'une perquisition en février dans le cadre de l'enquête, alors conduite par le parquet de Paris, sur les accusations de financement libyen de cette campagne. L'ex-ministre justifie ce demi-million d'euros par une vente de tableaux en 2008. "Il n'y a strictement aucun lien avec des financements libyens et je continue à contester de façon catégorique qu'il y ait eu des financements libyens de campagne ou de personnes", a déclaré à l'AFP l'ancien ministre de l'intérieur.


M. Guéant a expliqué avoir cédé "un bien" acquis il y a "une vingtaine d'années", à savoir des œuvres du peintre hollandais Andries van Eertvelt. Il affirme pouvoir apporter la preuve de ces transactions : "Au moment des perquisitions j'ai dit, je l'ai fait inscrire au procès-verbal, que j'avais les justificatifs." "Je trouve tout à fait anormal que des éléments qui sont couverts par le secret de l'instruction sortent ainsi avant même d'avoir pu être examinés", a-t-il ajouté. Il a par ailleurs justifié l'origine des liquidités pour acquitter des factures par des "primes de cabinet dont j'avais bénéficié au ministère de l'intérieur quand j'y officiais". Selon lui, il s'agit de "petites sommes".


"NOMBREUX ET CONSÉQUENTS PAIEMENTS DE FACTURES EN LIQUIDE"
Le Canard enchaîné, qui ajoute que les policiers ont par la même occasion repéré des traces de "nombreux et conséquents paiements de factures en liquide", établit un lien entre ces découvertes et la décision prise le 19 avril par le parquet de Paris d'ouvrir une information judiciaire. Contacté par l'AFP, le parquet n'a fait aucun commentaire.

A l'origine de l'instruction, les déclarations de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, qui avait affirmé en décembre au juge Renaud van Ruymbeke détenir les preuves d'un financement de la campagne de M. Sarkozy par la Libye. L'information judiciaire a été ouverte pour "corruption active et passive", "trafic d'influence", "faux et usage de faux", "abus de biens sociaux", "blanchiment, complicité et recel de ces délits". Les juges Serge Tournaire et René Grouman ont été désignés. "J'imagine qu'ils vont m'entendre, a déclaré M. Guéant, désireux de (s')expliquer là-dessus".

Source : lemonde

Le président afghan Hamid Karzaï reconnaît avoir reçu des dizaines de millions de dollars en espèce de la part de la CIA


Le président afghan Hamid Karzaï reconnaît avoir reçu des dizaines de millions de dollars en espèce de la part de la CIA

Le président afghan Hamid Karzaï reconnaît avoir reçu des dizaines de millions de dollars en espèce de la part de la CIA
 


DÉDICACE SPÉCIALE À TOUS LES FRANÇAIS QUI HAUSSENT LES ÉPAULES DÈS QUE L’ON PARLE DES ACTIONS SECRÈTES DE LA CIA

Photo: EPA
Le New York Times a révélé dans son édition datée de ce lundi 29 avril 2013 que la CIA a secrètement livré dans des valises et des sacs à dos des dizaines de millions de dollars en liquide à la présidence afghane.

Suite à cet article d’investigation qui fait honneur au grand journal new-yorkais, le président afghan Hamid Karzaï vient de reconnaître officiellement que c’était exact : les services de renseignement américains (CIA) ont versé ces sommes depuis les dix dernières années au Conseil national de sécurité (CNS), un organisme dépendant de la présidence.



Hamid Karzaï : «Je ne serai pas une marionnette des États-Unis»

Source : u.p.r.fr

Georges W Bush : L'attentat de Boston est un complot !


Georges W Bush : L'attentat de Boston est un complot !

Quand la journaliste de la chaîne ABC a demandé à l'ancien président si les attentats de Boston lui rappelaient le 11 septembre, ce dernier a répliqué qu'il a tout de suite eu l'intime conviction qu'il s'agissait d'un complot organisé puis il a ajouté que selon lui cette attaque pourrait bien avoir été une autre consp... (une conspiration c'est à dire en langage US une machination gouvernementale), avant de s'arrêter au milieu du mot et de trouver une formulation plus appropriée sous les yeux écarquillés de sa femme.

Selon la rumeur Georges W Bush serait atteint de la maladie de l'alzheimer.



 Citation originale :
“At first I was deeply concerned that there might have been an organized plot,” before adding that he thought the attack may have been “another consp...another highly organized attack on the country and it still may be.”

Source : leschroniquesderorschach

Jim Tucker (alias M. Bilderberg) est décédé À 78 ans

Jim Tucker (alias M. Bilderberg) est décédé À 78 ans


James P. Tucker, Jr. (31/12/1934 - 26/04/2013), célèbre Bilderberg Hound, auteur de Bilderberg Journal de Jim Tucker , est décédé hier en raison de complications qu'il a subies à la suite d'une chute.

Un hommage approprié à Tucker sera rendu la semaine prochaine lors de la première page du journal américain FREE PRESS qui sera consacrée à Jim.

Les pensées et les prières de chacun d'entre nous à la presse américaine GRATUIT vont à sa famille et ses amis. Merci, Tucker, pour tout ce que vous avez fait pour faire briller la lumière sur les «criminels» de Bilderberg.

S'il vous plaît lire sa nécrologie ci-dessous par son collègue Michael Collins Piper et écouter le dernier entretien Tucker a donné AFP avant son décès.

Notre cher ami Jim Tucker est parti, mais il peut obtenir le dernier mot sur David Rockefeller
Par Michael Collins Piper

Le seul regret de Jim Tucker était probablement le fait qu'il n'a pas survécu à son ennemi juré de plus d'un quart de siècle, le banquier David Rockefeller international. L'ancien rédacteur en chef coloré de American Free Press Et qui est encore un correspondant permanent pour ce journal-Tucker est mort dans un hôpital de Virginie le 26 Avril à l'âge de 78 complications suivantes découlant de blessures subies après une chute dans l'escalier de sa maison tout en compagnie de sa famille.

Mieux connu pour avoir traîné le Rockefeller et les membres de ces groupes de pouvoir de haut niveau tels que le Council on Foreign Relations, la Commission trilatérale et, plus particulièrement, le groupe Bilderberg, littéralement partout sur la planète depuis des décennies, l'héritage de l' North Carolina-né se décrit comme un «garçon de la campagne" en tant que journaliste d'investigation qu'il a conduit est un sujet qui est difficile à égaler.

Avant de venir travailler à Washington, DC en 1975 comme directeur de la rédaction de l'hebdomadaire national nouvellement lancé, The Spotlight, Tucker avait été, de son propre aveu, un journaliste classique avec un large éventail d'expérience dans la presse grand public, en grande partie confiante que les grands médias en Amérique était en train de faire son travail, apportant aux lecteurs les nouvelles qu'ils avaient besoin de savoir.

Il a été rédacteur en chef des sports de la Virginie du Nord Le Sun, rédacteur en chef du Daily Gazette Tifton en Géorgie, rédacteur en chef de The Radford (Virginie) Nouvelles Quotidien, le secrétaire de rédaction de The Richmond (Virginie) Times-Dispatch, éditeur de nuit de l' Washington Nouvelles quotidiennes dans la capitale de la nation, rédacteur en chef de L'(Virginie) Bulletin de Martinsville, et rédacteur de nouvelles de The Akron (Ohio) Beacon Journal.

Cependant, le jour où Willis Carto, trésorier de Liberty Lobby, l'institution populiste qui a publié The Spotlight,a appelé Tucker dans son bureau et a décrit à Tucker l'histoire peu connue des réunions Bilderberg,  La vision de Tucker sur le monde, en particulier à partir de son point de vue en tant que journaliste a changé pour toujours.

Malgré toutes ses années dans les médias, Tucker n'avait jamais entendu parler du Bilderberg et il s'est rendu compte, comme tout journaliste que quelque chose n'allait pas. Comme Tucker résume-tout assez correctement en temps et encore, au fil des ans: «Si une centaine des meilleures personnalités sportives connues au monde ou les stars de cinéma étaient réunis à un complexe exclusif à huis clos pour une réunion privée, la totalité de la masse médias seraient à réclamer l'admission et exigeant de savoir ce qui se passait. 

Mais lorsque les banquiers du monde les plus riches, les barons des médias, des industriels, des membres de la royauté, et les dirigeants politiques se réunissaient secrètement et discuter des questions de politique publique qui ont influé sur le cours des affaires du monde, la presse officielle n'a jamais dit un mot ".

De 1975 à 1982, rédacteur en chef de The Spotlight, Tucker a supervisé un vaste éventail de journalistes qui traînait le Bilderberg et les gangs trilatérale ici et à l'étranger. Mais en 1983, Tucker lui-même est allé sur la route comme l'homme de Pleins feux sur la scène et de mettre en lumière les Bilderberg et Trilateralists avec des info réel sur la couverture des nouvelles, du Japon au Portugal à la France, l'Angleterre, l'Allemagne, où et quand les intrigants mondiales réunies, alors même que le reste des médias américains est restée muet, malgré le fait que, à maintes reprises, au cours des trois prochaines décennies, les enquêtes pionnières de Tucker a dévoilé des plans Bilderberg trilatérale qui ont eu une influence directe sur les politiques publiques affectant chaque homme, femme et enfant sur la visage de la planète.

Après la disparition des projecteurs en 2001, orchestrée par une clique de personnages (dont un juge fédéral corrompu) avec des liens connus avec la Central Intelligence Agency et le service de renseignement israélien, le Mossad-Tucker ramassa son travail avec l'American nouvellement lancé Free Press, pour laquelle il a travaillé pendant plusieurs années comme directeur de la rédaction, et a continué en appuyant sur le Bilderberg et les vautours trilatérale où ils s'abattaient au nid éclosent et leurs dernières parcelles.

Chaque année jusqu'en 2012, Tucker était là. au environ, recherchant des sources (y compris les membres des états-majors des hôtels du Bilderberg ), apportant son soutien à d'autres journalistes qui sont venus sur la scène, et plus généralement de conduire les Bilderberg élite dans le mur et, littéralement, dans le mur: Sur une occasion Tucker a découvert un dispositif d'écoute secrète planté dans le mur de la chambre d'hôtel qu'il occupait dans une auberge située à proximité du lieu de rassemblement de Bilderberg à l'un des centres de villégiature exclusifs ou les intrigants obscurs se réunissaient régulièrement.

Au cours des dernières années, de plus en plus de journalistes dans le monde entier a pris conscience de l'existence des réunions Bilderberg secrètes et ont commencé à arriver sur la scène eux-mêmes, à la recherche de prospects, Tucker est devenu «l'homme à voir»,

Tucker a maintenu des contacts réguliers avec un certain nombre de sources sympathiques à l'intérieur et à proximité du Bilderberg élite, et quelques jours avant sa mort, il avait encore une fois craqué les secret Bilderberg et a réussi à découvrir l'emplacement de la prochaine réunion de Bilderberg en Angleterre, malgré (comme par d'habitude) les efforts de Bilderberg à détourner Tucker de l'information  de leur véritable destination.

Après avoir considérablement ralenti ces derniers mois, Tucker avait tout simplement décidé de ne pas assister à la réunion de cette année, passant son flambeau à correspondant de l'AFP Mark Anderson, qui avait rejoint Tucker en couvrant un certain nombre de récentes réunions de Bilderberg, mais si quelque chose est certaine c'est cette : le vieux chien du Bilderberg sera là en esprit et, étant donné l'occasion, il pourrait même se glisser a David Rockefeller un «mickey».

Tucker dans le deuil deux fils et littéralement des millions d'amis et d'admirateurs du monde entier qui ont apprécié l'humour ironique de Jim et le vrai journalisme qu'il a représenté dans tous les sens du mot. Son héritage littéraire comprend non seulement des milliers d'articles publiés dans The Spotlight et FREE PRESS américain, mais aussi son mémoire classique, Bilderberg journal de Jim Tucker , et les crimes de Yalta, d'abord publié en 1984 et tout récemment prévu pour la republication.

Source :Traduit de free press

Ruslan Tsarnaev, oncle des 2 terroristes tchétchènes de Boston, est le gendre d'un ancien très haut responsable de la CIA au Moyen-Orient

Ruslan Tsarnaev, oncle des 2 terroristes tchétchènes de Boston, est le gendre d'un ancien très haut responsable de la CIA au Moyen-Orient


Ruslan Tsarnaev, oncle des deux terroristes tchétchènes de Boston, est le gendre d'un ancien très haut responsable de la CIA. 


Selon des blogs d'outre-Atlantique, en partie repris par le Réseau Voltaire [1] de ce dimanche 28 avril, l'affaire de l'attentat de Boston dont je parlais dans mon article précédent est en train de prendre les dimensions d'une affaire d'État. 

En effet, il apparaît que : 

a)- l'oncle des deux terroristes tchétchènes de Boston s'appelle Ruslan Tsarnaev dit "Tsarni" ; il est le frère de d'Ansor Tsarnaev, père des « supects ». 

                                                       Ruslan Tsarnaev dit “Tsarni”

b)- il a épousé l'Américaine Samantha Ankara Fuller, qui est la fille de Graham E. Fuller, et dont il a divorcé en 1999. Au moment de son mariage, Ruslan Tsarni s'appelait encore Ruslan Tsarnaev et l'on ignore pour le moment à quelle date il a changé de nom ; 


                                                           Samantha Ankara Fuller

c)- son beau-père Graham E. Fuller est un très haut fonctionnaire de la CIA. Il a passé 20 ans en tant que responsable des opérations en Turquie, au Liban, en Arabie saoudite, au Yémen, en Afghanistan et à Hong Kong. 



                           Graham E. Fuller, homme-clé de la CIA au Moyen-Orient

En 1982, Fuller a été nommé coordonnateur national du renseignement américain pour le Proche-Orient et en Asie du Sud à la CIA.En 1986, sous Ronald Reagan, Fuller est devenu vice-président du Conseil national du renseignement, avec la responsabilité globale de prévision stratégique au niveau national. 

Graham Fuller a été impliqué dans la vente secrète d'armes des États-Unis à Téhéran dans ce qui est devenu l'affaire "Iran-Contra" sous Ronald Reagan.Après avoir travaillé à la CIA pendant 27 ans, Graham Fuller est devenu analyste à la "RAND Corporation". 


                                                                  Graham E. Fuller

d)- Graham Fuller a été répertorié par l'ancienne traductrice du FBI Sibel Edmonds dans sa "Galerie Privilège", qui répertorie les criminels détenteurs des secrets de "l'État profond" aux États-Unis, qui protègent leurs activités criminelles sous couvert de secrets d'État. 

e)- Ruslan Tsarnaev (dit "Tsarni") a travaillé pour l'USAID (qui servait alors de couverture pour la CIA), puis comme cadre pour plusieurs sociétés du Groupe Halliburton 

f)- Samantha A. Fuller travaillait au milieu des années 90 pour Price Waterhouse à Bichkek (Kirghizistan) sur des projets de privatisation. 

Notes 







Source : réseau voltaire

dimanche 28 avril 2013

Des cadavres de condamnés à mort chinois recyclés en produits de beauté pour l’Europe

Des cadavres de condamnés à mort chinois recyclés en produits de beauté pour l’Europe


« Une société cosmétique chinoise utilise la peau prélevée sur les corps des condamnés à mort exécutés pour fabriquer des produits de beauté vendus en Europe. »

The Guardian livre une enquête stupéfiante en matière d’industrie cosmétique, qui lève le voile sur des pratiques qualifiées de « traditionnelles » par des employés de la compagnie chinoise qu’il a interrogés. Il s’agit de récupérer du collagène, une protéine fibreuse que l’on trouve en abondance dans la peau, les os et les tendons, couramment utilisée en chirurgie esthétique pour gonfler les lèvres et réduire les rides. Toujours de même source, le journal note qu’en Chine, il est d’usage de récolter « la peau des condamnés exécutés et les fœtus avortés, rachetés par des sociétés de ‘biotechnologie’ situées dans la province septentrionnale de Heilongjiang ». Les produits sont exportés vers l’Europe via Hong Kong.

En Europe, le marché de l’industrie cosmétique et de la chirurgie plastique, toutes deux consommatrices de collagène, n’est pas ou peu réglementé. Le fait est que ces produits se trouvent dans une sorte de « zone grise » légale : ils ne sont soumis ni aux réglementations concernant les médicaments, ni à ceux concernant les produits de beauté, c’est-à-dire uniquement des substances appliquées à la surface de la peau et non en injections.

Au Royaume-Uni, les autorités sont préoccupées par les questions éthiques comme par les risques d’infection et de transmission de virus. Une enquête commandée par le ministère de la Santé britannique a souligné le besoin d’instaurer de nouvelles réglementations. « Mais le ministère de la Santé veut néanmoins s’en remettre à la Commission européenne, et cela pourrait prendre plusieurs années avant qu’une législation entre en vigueur », note The Guardian.

Les autorités chinoises réfutent pour leur part qu’il soit possible de prélever la peau ou tout autre partie du corps de condamnés à mort sans que ceux-ci donnent leur consentement. Mais il y a de sérieux doutes, d’après The Guardian, qui rappelle les révélations faites en juin 2001 devant le Congrès américain par un ancien médecin militaire chinois, Wang Guoqi. Ce dernier a assuré « avoir participé aux prélèvements d’organes de plus de 100 prisonniers exécutés. Les chirurgiens disséquaient les corps dans des camions garés sur les lieux d’exécution. » Wang a avoué avoir procédé au prélèvement de la peau d’un condamné exécuté mais dont le cœur battait encore…

Anti-crise : servez-vous gratuitement dans les potagers citoyens !


Anti-crise : servez-vous gratuitement dans les potagers citoyens !


Créer des jardins potagers ou des vergers dans les espaces libres de la ville pour partager fruits, légumes, ou autre, c’est la formidable idée de deux mères de famille qui s’est transformé en un véritable mouvement à travers la planète.

 » Atteindre l’auto-suffisance alimentaire «  pendant la crise

Le chômage a atteint son paroxysme en 2008 à Todmorden en Angleterre, entraînant avec lui de véritables difficultés à la consommation, lorsque deux mères de famille Pam Wharust et Mary Clear décident d’innover.

Leur idée : transformer tous les espaces libres de la ville en potagers, car il est inconcevable pour elles de continuer à acheter cher des fruits et légumes importés. Tout cela dans le but d’ « atteindre l’autosuffisance alimentaire et développer la solidarité entre les habitants ».

Aussitôt germée, l’idée a été mise place et les fleurs sont remplacées par les légumes dans plusieurs espaces publics. Cela permet à tous les habitants de participer à l’opération et d’en bénéficier sans dépenser. Ainsi, aujourd’hui Todmorden a atteint 83% d’autosuffisance alimentaire, impressionnant pour une ancienne ville industrielle.

La conquête des  » Incredibles Edibles « 

Le mouvement des  » Incroyables Comestibles «  a pris une ampleur considérable et a enthousiasmé tous les continents en seulement quelques années.

La France, pays de la gastronomie et de l’agriculture, a été le pays où le mouvement s’est très vite développé. Les villes sont ralliées quotidiennement, et certaines mairies n’hésitent pas à mettre la main à la pâte en fournissant du matériel.

La présentation officielle du mouvement sera faite à L’UNESCO, le 27 avril 2013 au cours de la cinquième université de la Terre à Paris. En attendant voici le site des  » Incredibles Edibles « .

Source : Les Radins

Vivre et voyager sans argent

Vivre et voyager sans argent


Raphael, pourquoi as-tu décidé de vivre sans argent? Tenais-tu simplement à faire un pied de nez au capitalisme ou avais-tu des raisons plus profondes?
Durant mon périple sans argent entre la Hollande et Mexico, j’ai constaté que l’argent corrompait les relations humaines. De nos jours, l’argent est omniprésent: il est la cause de nos tourments, de nos angoisses, il inhibe notre créativité et embrume nos esprits. Le fait que nous en ayons un minimum ou beaucoup importe peu. C’est la relation avec notre for intérieur, notre cœur, les autres et la nature qui est freinée, atrophiée jusqu’à disparaître souvent sous le joug du système monétaire. Si nous n’avions pas la conviction de sa valeur et de l’importance qu’il revêt, l’argent ne vaudrait rien. En refusant le consumérisme, nous essayons de démontrer que nous vivons dans une société de surabondance perverse et que nous devons mettre un terme à la destruction de notre planète et aux souffrances des autres citoyens de ce monde pour des raisons éthiques, écologiques et sociales. Au lieu de construire une économie bâtie sur la concurrence, nous tentons de mettre en place le fondement d’une société basée sur la coexistence et la paix.


Cela fait donc trois ans que vous vivez sans argent. Comment faites-vous concrètement?
Oui, nous nous sommes mis en route à trois pour rejoindre Mexico il y a presque trois ans. En janvier 2010, une nouvelle expérience a débuté, en autostop et sans argent, entre l’Europe et Mexico, par monts et par vaux, sur la terre ferme et sur la mer. Il y a près d’un an, notre fille adorée, Alma Lucia, à vu le jour à Berlin, où nous vivions au sous-sol, chez des amis. Durant plus de dix mois, j’ai fait des tournées nocturnes, récupérant des aliments trois à quatre fois par semaines: cela consistait à repêcher tous les aliments encore comestibles et tous les objets encore utilisables des poubelles des supermarchés. Nous récupérions par exemple des vêtements, des meubles et des langes en tissu usagés. En effet, la plupart des objets dont nous avons besoin ou pensons avoir besoin existent déjà et il suffit de les partager, de les prêter, de les réparer, de les échanger et de les utiliser en commun. Le «Friedenszentrum Martin Niemöller»1 en est un très bon exemple: cette magnifique demeure est utilisée par des centaines voire des milliers de personnes, et ce au bénéfice de tous. Nous avons la chance de pouvoir y vivre depuis plusieurs mois avec Renate et Angelika.
Nous nous déplaçons presque exclusivement en vélo. Notre adorable petite nous accompagne, bien installée dans une remorque. Lorsque je me déplace sur de plus longues distances pour des conférences, des exposés et des conférences de presse, je fais de l’autostop. J’exploite ainsi l’un des 3,7 sièges qui restent en moyenne vides lorsque les quelque 43 millions de voitures autorisées à circuler en Allemagne prennent la route. Mon but n’est pas de créer une société basée sur le troc, mais plutôt une communauté fonctionnant en harmonie et dont les membres font partie à parts égales et contribuent au bien-être des uns et des autres par leurs talents et leurs dons particuliers.
En guise de loyer, nous nous occupons du jardin, du potager et maintenons l’ordre à l’intérieur et autour de la Martin Niemöller Haus. Nous organisons des camps de travail et des manifestations, nous nous chargeons de tâches administratives, faisons des travaux de rénovation ici ou là, partout où le besoin s'en fait sentir. Ensemble, nous donnons des interviews et réalisons des reportages pour la radio, la presse et la télévision. Pour ma part, outre la rédaction d’articles et d’un livre, je donne des conférences dans les écoles, les universités et durant des congrès.

Ta famille et toi êtes véganes. Vous récupérez la majeure partie des aliments dont vous avez besoin dans des poubelles. Cela a donné lieu à une belle coopération avec la Bio Company, un magasin bio de Berlin. Pourrais-tu nous en dire plus à ce sujet?
Cette collaboration représente un jalon sur la voie d’une société sans gaspillage alimentaire. Une bataille de gagnée! La Bio Company a répondu favorablement à une demande de notre part. Après un entretien très constructif, nous avons établi une collaboration fructueuse depuis le mois d’avril. Georg Kaiser, le directeur, a toujours eu à cœur de s'associer à notre projet. Notre collaboration fonctionne bien et les résultats obtenus sont prometteurs: au lieu des deux grosses bennes de déchets, nous en remplissons désormais à peine une. Et le tri se fait de manière plus responsable. Des amis et des sympathisants de notre mouvement se chargent d’aller récupérer les invendus dans les filiales qui génèrent encore parfois un surplus alimentaire. Soucieux d’aller au-delà, nous avons réfléchi à une solution, comme une application pour smartphone par exemple, à la fois pratique, efficace et dans l’air du temps, susceptible de mettre en relation les personnes à la recherche de nourriture avec les personnes ayant des aliments à donner. C’est alors que nous avons découvert Foodsharing.de, une plateforme qui permet à tout agriculteur, supermarché, restaurant ou particulier de partager des aliments encore bons pour la consommation. Comme cela correspondait exactement à ce que nous recherchions, nous n’avons pas tergiversé longtemps avant de contacter les personnes à l’origine de cette initiative. Le potentiel est immense: rien qu’en Europe, la moitié des aliments sont jetés chaque jour; et dans le reste du monde, un tiers des aliments subit le même sort.


Quel conseil donnerais-tu à ceux qui souhaitent vivre selon ton modèle? Est-il vraiment possible de se passer d’argent du jour au lendemain?
Notre grève de l’argent ne vise pas à inciter les gens à se passer complètement d’argent. Par notre démarche, nous entendons plutôt montrer de nouvelles possibilités pour tout un chacun de réduire du jour au lendemain son empreinte écologique. Pour ce faire, nous avons mis en ligne une série de conseils sur notre site sous la rubrique «Agissons!». Chaque individu, avec sa vocation propre, fait partie intégrante d’un tout. Ensemble, nous pouvons nous soutenir les uns les autres et nous entraider.

Le fait de vivre sans argent ne signifie-t-il pas aussi être d’une certaine façon dépendant du bon vouloir de son environnement? Cela ne te dérange-t-il pas?
Je ne trouve aucunement désagréable de voir quelqu’un partager généreusement sa voiture, son logement, ses outils, ses restes alimentaires et tout ce dont nous avons besoin pour vivre. Au contraire, j’ai la ferme conviction que les relations sociales seraient plus saines si l’argent ne s’immisçait pas toujours dans les relations humaines. Aujourd’hui, bon nombre d’entre nous ressentent de la joie lorsque des amis ou des connaissances leur demandent de l’aide, car la plupart des gens n’osent simplement plus faire le pas et se sentent mal à l’aise. Comme il existe toujours la possibilité de tout régler avec de l’argent sans entrer en interaction avec des voisins, des collègues ou des connaissances, de nombreuses personnes optent pour la voie la plus anonyme qui a rendu notre société de plus en plus individualiste au cours des dernières décennies. Les gens apportent leur aide non pas parce qu’ils se sentent mal en le faisant, mais parce qu’ils en retirent du bien-être et que cela leur met du baume au cœur. Cette humanité est profondément inscrite dans notre nature d’homo sapiens.

Sur ton site Internet, tu écris que nous devrions agir ensemble selon notre nature, c’est-à-dire avec une attention respectueuse, et faire preuve d’amour dans notre relation avec tout ce qui nous entoure. Cela signifie-t-il que tu crois que l’Homme est bon par nature?
Notre périple de Hollande à Mexico sans argent n’a été possible que grâce à l’aide de milliers de gens. Jamais on ne nous a laissé tomber. Il y avait toujours quelqu’un qui croyait en nous pour nous encourager et pour aller au-delà des bonnes paroles et nous aider concrètement! Nous avons ressenti cette humanité. Jamais auparavant, nous avions eu une relation aussi authentique, désintéressée et gratuite, avec autrui. Nous avons côtoyé la bonté qui sommeille en chaque être humain et avons expérimenté l’unicité du donner et du recevoir. Nous avons fait appel au cœur et à l’amour et les avons trouvé. Sur 32 000 km et durant 15 mois, pas une seule personne ne nous a fait du mal, ce qui nous a confortés dans l’idée que l’Homme est bon par nature et qu’il est naturellement enclin à aider, que c’est inscrit dans ses gênes. Un sentiment magnifique.


L’idéal d’une communauté vivant en pleine harmonie est-il devenu réalité pour toi?
Avec mon épouse Nieves et notre fille Alma Lucia, j’essaie de vivre autant que faire se peut dans l’harmonie et l’amour au quotidien. Nous apportons de l’aide partout où elle est nécessaire et nous nous impliquons dans la société de diverses manières. Par notre grève de l’argent, notre mode de vie végane et la conscience environnementale que nous partageons volontiers, nous mettons tout en œuvre pour réaliser le rêve d’une humanité vivant dans la paix et en communion avec la nature. Nous considérons que nous faisons partie d’un organisme complexe, la Terre. Grâce à une paix intérieure nourrie de pensées, de paroles et d’actions en harmonie les unes avec les autres, nous tentons de créer un monde dont personne ne nous a jamais dit qu’il ne valait pas quelques efforts. Mais tant que régneront la faim, la guerre, la haine et la destruction sur notre magnifique planète, il ne saurait être question d’une société communautaire harmonieuse. En tant qu’entités d’un tout, nos cœurs doivent se mettre en lien et battre pour et non contre les autres et faire preuve de compassion et d’empathie.

Source ; fdsouche

samedi 27 avril 2013

Affaire Karachi : premiers aveux...

Affaire Karachi : premiers aveux...

En cherchant l’argent des ventes d’armes au Pakistan, les enquêteurs sont tombés sur des liasses d’espèces qui pourraient provenir d’autres contrats passés à l’époque où Edouard Balladur était Premier ministre. Avec de premiers aveux qui pourraient en amener d’autres. Nouvelles révélations à lire dans Marianne à paraître samedi.


Edouard Balladur à l'Assemblée - MEIGNEUX/FACELLY/SIPA
Si Edouard Balladur, François Léotard et Renaud Donnedieu de Vabres avaient su...

L’ancien Premier ministre, candidat malheureux à l’Elysée, son ancien ministre de la Défense et celui qui fut son bras droit à l’heure des grands contrats d’armement commencent à comprendre ce que leurs ennuis avec la justice doivent à l’erreur de Serge Hauchart, qui, pensant bien faire, avait poussé le Parti républicain, sur lequel compte s’appuyer Balladur pour sa conquête du pouvoir, à ouvrir un compte dans une coopérative financière de droit italien, le Fondo Sociale di Cooperazione Europea.

Un organisme dont le siège était à Milan, mais qui disposait d’un bureau à Paris, d’abord avenue Hoche, puis rue du Faubourg Saint-Honoré, sur lequel les responsables du Parti républicain avaient jeté leur dévolu faute de pouvoir solliciter une banque française, par l’entremise de Charles Bournazel, ami de Léotard.

Le patron du Fondo, à l’époque s’appelle Ahmed Chaker. Homme d’affaires franco-marocain, il a racheté cet organisme en 1992 sur le conseil de Guy Genesseaux, adjoint au maire de Paris tendance Raymond Barre et pilier de la Grande loge nationale de France. Genesseaux (aujourd’hui décédé) qui promet de jouer de son influence pour transformer la société en banque, le jour venu, mais qui en attendant s’installe à la présidence de l’établissement.

Chaker est mis sur la touche quatre ans plus tard, mais Genesseaux ne perd rien pour attendre, puisqu’il doit céder sa place à Hauchart en mars 1997. Pas pour longtemps, puisque Chaker fomente un putsch, reprend les rennes et installe une nouvelle équipe prête à collaborer avec la brigade financière.

La vengeance couve, alimentée par les services de renseignement de plusieurs pays arabes qui lèvent le voile sur les contrats d’armement avec l’Arabie Saoudite...

Près de 15 ans plus tard, c’est ce fil que tirent les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, en charge du volet financier lié à  l’attentat de Karachi.    
Entendu par un enquêteur de la Division nationale d’investigations financières et fiscales, le 20 septembre dernier, l’ancien fondé de pouvoir du Fondo, Olivier Mevel, se met le premier à table.
« Un jour, déclare-t-il, Hauchart prend la parole et nous explique que le PR (Parti républicain) cherche un prêt mais qu’ils ont aussi de l’argent à placer.

Il nous explique qu’il a 40 millions de francs en liquide à placer et que cette somme viendrait de l’époque de Raymond Barre.

M. Genesseaux indique à Hauchart qu’il ne croit pas beaucoup à son explication sur l’origine des fonds.

Hauchart poursuit en disant que le PR a des difficultés pour financer le siège du parti et qu’en même temps ils ont 40 millions à placer et ne peuvent le faire avec leur banque, le Crédit du Nord, la direction ne voulant pas prendre cet argent en liquide (...) Finalement, le conseil d’administration du Fondo a décidé d’autoriser le dépôt des 40 millions par le nouvel associé, à savoir le Parti républicain (....)

Hauchart nous informe qu’il va d’abord faire une première opération pour le compte du PR, pour qu’on apprenne « à se connaître » et à « se faire confiance ». En juin 1996, Hauchart arrive au siège parisien du Fondo, un matin. Nous le recevons avec M. Genesseaux et il nous dit que Renaud arrive avec les fonds.

C’est la première fois que je vois Renaud Donnedieu de Vabres. Il s’est garé côté jardin et il est monté avec une mallette noire à codes. On m’appelle pour procéder à l’ouverture et compter les fonds. Au total, il y avait 5 millions de francs, plus 500.000 francs pour les commissions. C’était des billets de 500 francs compactés dans du papier plastique. Les billets étaient neufs et leurs numéros se suivaient. Il y avait 11 liasses de 500.000 francs, dans des sachets de plastique très épais. Donnedieu de Vabres a dit qu’il sortait de la Trésorerie municipale, ce qui m’a beaucoup étonné.

Genesseaux et moi avons pris la route le lendemain pour nous rendre au Luxembourg afin de déposer cette somme en liquide sur un compte du Fondo ouvert à l’American Express Bank. Nous avons dit que cet argent venait du Parti républicain et qu’il devait retourner au Parti républicain, raison pour laquelle nous demandions un chèque de la même somme (....) Quelque temps plus tard, Hauchart nous a dit qu’il voulait faire une seconde opération à hauteur de 10 millions de francs, elle ne se fera jamais, du moins avec le Fondo ».


L’argent n’a pas été perdu pour tout le monde, puisque selon les enquêteurs, un prêt de 12 millions de francs a été accordé à l’association de gestion des adhérents directs de l’UDF par la Société suisse de banque, le 13 novembre 1996.

En attendant d’en savoir plus, les déclarations du fondé de pouvoir du Fondo poussent Serge Hauchart à se libérer de ses trop lourds secrets.

« Au jour d’aujourd’hui, déclare-t-il le 9 novembre dernier au gendarme qui l’interroge pour le compte de la Division nationale d’investigations financières et fiscales, je suis particulièrement choqué.

Dans cette instruction, j’ai constaté que les parties étaient les familles des victimes des attentats de Karachi. Je comprends que celles-ci n’ont toujours pas réalisé leur deuil tant que la manifestation de la vérité n’a pas été faite, alors j’ai décidé d’aller jusqu’au bout, quelles que soient les conséquences pour moi (...)

Je réalise que les 40 millions qui ont été évoqués lors des négociations (réalisés avec le Fondo à la demande de MM. Léotard et Donnedieu de Vabres) sont vraisemblables. Cette somme ne peut venir en aucune façon des fonds secrets. Cette somme provient de la confédération de l’UDF (...) Les propos de M. Mevel sont plutôt conformes à la réalité des faits ».

Et l’homme d’affaires de préciser qu’il a été mis au courant d’un « dépôt important » dont le montant ne lui a pas été communiqué, pas plus que le nom de l’ayant-droit, dont il subodore qu’il s’agit « d’une personne très proche de Renaud Donnedieu de Vabres ». 

- « Dans mon souvenir, ce compte existait dans un établissement bancaire marocain », précise l’homme d’affaires, ouvrant de nouveaux horizons aux investigateurs.


Malheureusement, il ne connaît pas le nom de cette banque, mais sur l’origine des fonds, nul doute à ses yeux qu’ils pourraient provenir des commissions sur les contrats d’armement.

- « Quel était le montant total des espèces que M. Leotard voulait mobiliser ? » insiste l’enquêteur.

- « Je n’en ai aucune idée. J’ai été au cabinet du Premier ministre et je savais qu’il y avait des fonds secrets à la libre disposition de chacun des ministres. L’usage voulait que chaque ministre parte avec la caisse à la fin de son mandat

(...) Quand il n’y a plus eu de solution avec les banques françaises, Renaud Donnedieu de Vabres et François Léotard m’ont dit : « On a 5 briques, débrouille-toi pour les utiliser. »  

Forts de ces réponses, l’enquêteur entend une nouvelle fois Olivier Mevel, l’ancien fondé de pouvoir du Fondo, le 21 mars dernier. Au cœur de l’audition, le nouveau prêt de 10 millions de francs réclamé par le Parti républicain en juillet 1996.


- « Pour le premier prêt, explique-t-il, M. Donnedieu de Vabres avait amené 5,5 millions de francs en numéraire, donc nous pouvions légitimement penser que pour ce second prêt de 10 millions, ils pouvaient amener cette somme en liquide, en tout cas c’est ce qui était prévu (...) Avec le recul, je pense qu’ils ont fait cette opération dans une banque plus confidentielle. » 

- « Dès le départ des négociations, M. Hauchart vous dit que le PR a des difficultés financières, mais qu’en même temps il propose de vous garantir leur prêt par un dépôt de 40 millions de francs en numéraire, interroge l’enquêteur. N’y a-t-il pas une contradiction ? »

- « Bien évidemment je m’étais posé la question et j’en avais parlé avec M. Genesseaux qui m’avait expliqué qu’il s’agissait de fonds secrets. J’étais jeune et très surpris. M. Genesseaux m’a répondu qu’il ne fallait pas être naïf. »

La petite famille autrefois si soudée est en train de se décomposer sous les yeux des juges. Preuve supplémentaire, le coup de téléphone énervé passé par Charles Bournazel (ancien administrateur du Fondo) à l’avocat d’Olivier Mevel, Me Pierre Duponchel.

« Il a accusé Pierre Duponchel de ne pas l’avoir prévenu de son éventuelle audition par vos services, car lui-même était franc-maçon, explique Mevel (...) Il aurait du prévenir M. Bournazel s’il avait été un « bon » franc-maçon. »  


De quoi inciter l’une des avocates des victimes de Karachi, Me Marie Dosé, à réclamer le 5 avril dernier une confrontation au sommet entre Mevel, Bournazel, Hauchat et Donnedieu de Vabres. En s’étonnant du fait que Bournazel refuse de s’expliquer sur ses allers et retours à l’Hôtel Beau rivage, en Suisse, « à des dates particulièrement intéressantes au vu des éléments d'ores et déjà actés au dossier ». 

L’avocate incite au passage les juges à creuser cette nouvelle piste apparue au détour des déclarations de Serge Hauchart, selon lequel une importante somme d’argent aurait été déposée dans une banque marocaine.

Balle saisie au bond par le commissaire chargé de coordonner les investigations, qui considère à son tour « opportun » de solliciter les autorités judiciaires marocaines en ciblant Renaud Donnedieu de Vabres, mais aussi l’ensemble de ses proches. Pour mémoire, le contrat Sawari II, antérieur à celui du Pakistan, a été signé... à Casablanca (Maroc).


Source : Marianne.net

« Pentagone français » : enquête pour corruption sur le chantier attribué à Bouygues

« Pentagone français » : enquête pour corruption sur le chantier attribué à Bouygues


Deux juges d’instruction enquêtent depuis février sur d’éventuels faits de corruption et trafic d’influence en marge de l’attribution du chantier du futur ministère de la défense à Paris, le projet du « Pentagone français » remporté en mai par Bouygues. C’est ce que révèle Le Canard enchaîné de mercredi 7 décembre, confirmé par une source judiciaire.

Le constructeur immobilier a, lui, fait savoir dans un communiqué « qu’à sa connaissance aucun fait délictueux n’a marqué le déroulement de cette consultation qui a été conduite avec beaucoup de rigueur ». « Bouygues Construction s’étonne des allégations figurant dans certains articles de presse, aucune mesure d’enquête ou d’instruction n’ayant été diligentée à son encontre, aucun de ses collaborateurs n’ayant fait l’objet d’une convocation, audition ou notification », précise le groupe.
Le géant français du BTP a été choisi en février par le gouvernement et a signé le contrat en mai pour réaliser ce chantier dans le quartier Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, qui doit être achevé à l’été 2014.

FUITES SUR LE CAHIER DES CHARGES

Un renseignement anonyme transmis aux enquêteurs de la division nationale des investigations financières (DNIF) sur la procédure de passation du marché avait déclenché l’ouverture d’une enquête préliminaire en octobre 2010.

Après de premières investigations, le parquet de Paris a décidé en février d’ouvrir une information judiciaire pour « corruption active et passive », « trafic d’influence » et « atteinte à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés publics ».

Deux juges d’instruction ont été désignés pour mener l’enquête. Selon le Canard, un haut responsable du ministère de la défense est soupçonné d’avoir transmis à un cadre dirigeant de Bouygues le cahier des charges du marché avant que ses concurrents n’en prennent connaissance.

REDEVANCE ANNUELLE DE 100 À 150 MILLIONS D’EUROS

Ce document détaille les besoins et exigences du ministère pour la construction de son nouveau siège, et sa diffusion prématurée à l’un des candidats remet en cause la régularité de la compétition, note l’hebdomadaire.

Un intermédiaire, entrepreneur du BTP connu des enquêteurs pour d’autres affaires de corruption, aurait mis en relation les deux personnes et est particulièrement visé par l’enquête, selon la source judiciaire.
« Le groupe Bouygues n’est pas informé de cette procédure et ne souhaite pas faire de commentaires dans l’immédiat », a déclaré le groupe.

Le financement du contrat décroché par Bouygues en février doit se faire selon un contrat de partenariat public privé (PPP) d’une ampleur inédite pour une administration. L’Etat ne commencera à payer qu’en 2014, lorsque les nouveaux bâtiments seront livrés. Pendant vingt-sept ans, il devra alors débourser une redevance annuelle comprise entre 100 millions et 150 millions d’euros.

ENTRE 2,7 ET 4 MILLIARDS SUR VINGT-SEPT ANS

Cette redevance comprendra les coûts de construction, les frais financiers, l’entretien et la maintenance des bâtiments, les réseaux informatiques, les services divers comme le jardinage, la restauration, le nettoyage, le gardiennage.

Cette redevance annuelle est inférieure au coût actuel de fonctionnement de l’administration centrale, selon le ministère de la défense. Sur vingt-sept ans, cela représentera au total 2,7 milliards d’euros pour la fourchette basse (si la redevance est à 100 millions) et 4 milliards pour la fourchette haute (redevance à 150 millions).

Le permis de construire devait être déposé en juillet, en vue de son obtention à la fin de l’année. Les travaux pourraient alors commencer en janvier 2012. Les bâtiments devront être livrés à la fin de l’été 2014, afin que le déménagement des personnels soit terminé à la fin 2014.
Le regroupement à Balard permettra de vendre les sites parisiens – dont l’îlot Saint-Germain, mais pas l’hôtel de la Marine –, selon le ministère. Le produit des cessions, estimé à 600 millions d’euros, pourra aller aux programmes d’équipement de la défense.

Source : Le Monde

Bernard Tapie : ses grosses affaires dans les paradis fiscaux

Bernard Tapie : ses grosses affaires dans les paradis fiscaux


Bernard Tapie arrive à Saint-Tropez en jet privé pour assister à la première de son film « Hommes, femmes : mode d’emploi », le 29 août 1996. (Maxppp)

« Quand on est citoyen d’un pays, il faut savoir vivre les côtés agréables, mais aussi accepter ceux qui le sont moins. » Bernard Tapie s’était permis, à l’automne dernier, de gratifier d’une leçon de morale Bernard Arnault, le patron de LVMH, qui souhaitait obtenir la nationalité belge. « Je n’arrive pas à le croire. Il ne devrait pas faire cela », avait-il lancé, en prenant un air horrifié [Bernard Arnault a annoncé mercredi qu'il renonçait à demander la nationalité belge, NDLR]. Tapie distribuant des brevets de vertu !

Stupéfiant, car l’homme d’affaires a créé un écheveau de sociétés à l’étranger : il éparpille sa fortune entre Bruxelles, Londres et Luxembourg. Sans oublier Malte, l’île de Man et des chèques tirés sur son compte à la Société générale à Monaco. Un véritable safari des paradis fiscaux.

Ses entreprises n’ont pas payé d’impôts

Il est menacé par la justice qui cherche à faire la lumière sur l’arbitrage controversé de l’affaire Adidas, en juillet 2008 ? Tapie entoure son magot d’un voile de plus en plus opaque. En attendant, l’ex-patron de l’OM multiplie les dépenses somptuaires (yacht, villas, jet privé…) à travers des entités étrangères, tout en donnant des leçons de morale à peu de frais.

Nous avons consulté les comptes de ses sociétés enregistrées à Paris, Londres et Bruxelles. Verdict : malgré la manne qu’il a reçue, ses entreprises n’ont pas payé d’impôts en 2009, 2010 et 2011 (dernière année où les comptes sont publics) ! Une pièce de plus dans un des plus gros scandales financiers de la Ve République.

A combien s’élève cette fortune que l’ancien ministre de la Ville stocke dans ses sociétés offshore, à l’abri des regards ? Difficile de s’y retrouver dans les évaluations différentes qu’il délivre au fil des entretiens avec la presse. Leur point commun ? Minorer son patrimoine et faire croire à l’opinion publique qu’une fois ses dettes payées il lui reste moins d’argent que ne le disent les médias. Dernier chiffrage en date : il assure dans « l’Express », début mars, qu’il ne « reste que 77 millions d’euros environ dans sa société Groupe Bernard Tapie (GBT) ». Les 403 millions auraient donc fondu à ce point ?

Opération discrète

Pour obtenir une estimation plus fidèle de son patrimoine, nous avons repris une évaluation incontestable… la sienne. Elle n’est pas issue d’une de ses déclarations tonitruantes mais d’une opération discrète effectuée par sa femme Dominique. Celle-ci détenait une action de GBT, le groupe de Tapie, dont il possède toutes les autres. Le 20 avril 2011, elle l’a vendue 5.000 euros. Comme le capital de cette société est constitué de 61.000 actions, cela signifie que l’ancien patron de l’OM en estime la valeur à 61.000 × 5.000 euros = 305 millions d’euros.

L’acheteur est une obscure société anglaise, Themepark Properties, dont le siège se situe dans la banlieue de Londres. Un faux nez dont le directeur est… Bernard Tapie lui-même, selon les statuts de cette société, que nous avons consultés. Encore ce montant de 305 millions d’euros ne tient-il pas compte de son hôtel particulier, rue des Saints-Pères, à Saint-Germain-des-Prés, estimé à 30 millions d’euros au moins. Ni des 45 millions d’euros d’indemnité pour préjudice moral qu’il a touchés avec sa femme, dans le cadre de l’arbitrage.

Et pas davantage d’une superbe maison à Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne, détenue elle aussi par Themepark Properties. Si l’on se fie à sa propre évaluation, l’homme d’affaires serait donc à la tête d’une fortune de près de 400 millions d’euros. On est très loin des déclarations de Christine Lagarde, qui avait affirmé, en 2008, qu’à l’issue de l’arbitrage et après règlement de ses dettes il « ne resterait que 30 millions à Tapie ».

Mauvais payeur

Cette villa de Combs-la-Ville, avec piscine, court de tennis et terrain de quatre hectares, a été autrefois la résidence d’Helena Rubinstein. Elle s’est retrouvée au coeur d’une des procédures judiciaires les plus baroques de Bernard Tapie. La maison est achetée en 1999 par Themepark. La famille de l’ex-ministre la loue et vient y passer ses week-ends. Le loyer est fixé à 5.030 euros par mois. Tapie, alors en procédure de liquidation, assure que cette villa ne lui appartient pas mais est détenue par « une filiale d’un fonds de pension des chemins de fer britanniques ».

Mauvais payeur, il n’acquitte pas les loyers. En mars 2004, la société anglaise intente un procès et menace de l’expulser. L’homme d’affaires est finalement condamné en appel, en juin 2005, à payer 252.248,40 euros, selon le jugement que nous nous sommes procuré. Une très grosse somme et pourtant, surprise : Themepark n’en demandera jamais le règlement. Ces prétendus « chemins de fer » anglais sont bien complaisants à son égard : ils paient les taxes foncières, les frais d’entretien, sans percevoir de loyers. Et quand enfin ils gagnent au tribunal, ils n’encaissent pas ce qui leur revient.

Un incroyable tour de passe-passe ? Tapie n’est-il alors qu’un locataire récalcitrant ? En tout cas, depuis janvier 2010, c’est bien lui le patron de Themepark. Cette société est domiciliée à Purley, dans la banlieue sud de Londres, dans un immeuble, Palmerston House, qui abrite plusieurs entreprises de la famille et, notamment, celles de son fils dans le poker. Avec son père, Laurent Tapie souhaite organiser en mai prochain, dans le stade de Wembley, un tournoi de poker réunissant plusieurs milliers de joueurs.

Yacht immatriculé sur l’île de Man

Autre adresse de convenance : une boîte postale à Douglas, capitale de l’île de Man, où son yacht est immatriculé. C’est dans ce paradis fiscal, un îlot situé entre l’Irlande et la Grande-Bretagne, que se trouve la société Boadicea LTD, l’ancien nom de son bateau, rebaptisé « Reborn » (« Renaissance ») lors de son rachat en 2010. »Les nouveaux riches veulent tous un yacht, mais ils doivent attendre deux ou trois ans avant d’être livrés, nous avait-il expliqué, il y a quelques mois. Pour patienter, ils louent un bateau et sont prêts à payer très cher. »


Le yacht de Bernard Tapie, le « Reborn », immatriculé dans l’île de Man (Sylvestre/MAXPPP).

La société Charterworld, chargée de le commercialiser, propose ce yacht de 76 mètres, avec un équipage de 25 personnes, au prix de 495 000 euros par semaine en basse saison et 550 000 euros en juillet et août, hors dépenses diverses (fioul, nourriture… ). « C’est une activité qui marche très bien et qui est très rémunératrice », a assuré Tapie au journal « la Provence ». Il n’a pas précisé que les locations ne risquaient pas d’être taxées, puisqu’il n’y a pas d’impôt sur les sociétés à Man.

Patrimoine à Bruxelles, jet à Malte

Les îles Britanniques n’abritent qu’une petite partie de sa fortune. C’est à Bruxelles que Tapie a transféré l’essentiel de son patrimoine, en créant une holding belge appelée également Groupe Bernard Tapie, comme l’avait révélé « Charlie Hebdo ». Pourquoi la Belgique ? Parce qu’il n’y a pas de droits de succession, un atout pour Tapie, âgé de 70 ans, qui n’a pas commencé à transmettre son patrimoine à ses enfants. Certes, le taux de l’impôt sur les bénéfices s’élève à 34%, mais le fisc belge ne touche rien : malgré son patrimoine important, la holding affiche une petite perte de 0,5 million d’euros en 2011.
Pas d’impôt non plus pour sa filiale bruxelloise Aircraft Management Service, en déficit de 1,3 million. C’est cette société qui est propriétaire de son jet, un Bombardier Global Express pouvant accueillir 19 personnes. Cet appareil, évalué à 17 millions d’euros dans ses comptes, est immatriculé à Malte.

Villas de luxe à Saint-Tropez et Neuilly

Autre destination : le Luxembourg. Tapie y possède une société : South Real Estate Investment. Celle-ci a acquis l’an dernier une des plus belles propriétés de Saint-Tropez : une villa de 500 mètres carrés entourée d’un immense terrain boisé sur une colline, avec piscine et vue sur la mer. Le prix, non confirmé, de 47 millions d’euros a circulé. Le nom de Tapie n’apparaît pas dans les documents officiels de South Real Estate, créée en septembre 2011. Celle-ci est logée chez des consultants au 1, rue de Nassau, à Luxembourg. Mais on en retrouve la trace dans les comptes de sa holding belge GBT. Elle y est identifiée par ses initiales SREI. Un faux nez de plus.

Dernière opération immobilière : à Neuilly-sur-Seine, dans le quartier le plus cher, près du bois de Boulogne, les Tapie viennent d’acheter l’ancien hôtel particulier de Lindsay Owen-Jones, ex-patron de L’Oréal. Une maison de 23 pièces avec piscine, plusieurs ascenseurs intérieurs et 2.000 mètres carrés de terrain. Cette fois, c’est la femme de Tapie qui l’a payée avec sa part des 45 millions d’indemnité pour préjudice moral que le tribunal arbitral avait attribués au couple.

« J’enverrai un droit de réponse. D’ailleurs, je t’emm… »

L’argent obtenu lors de l’arbitrage lui a ainsi permis de collectionner les villas de luxe, de s’acheter un yacht et un jet, tous les signes extérieurs de richesse des milliardaires. Oubliées, ses promesses passées : pour se donner une image de bienfaiteur qui ferait profiter les Français de sa fortune, l’homme d’affaires s’était engagé à en utiliser une partie pour relancer des écoles de formation, des projets pilotes dans les quartiers. Mais de pilote, il connaît surtout celui de son jet ; quant aux quartiers, ils évoquent plutôt le quartier-maître de son yacht. Comme le dit si bien Bernard Tapie : « Quand on est citoyen d’un pays, il faut savoir vivre les moments agréables… »

P. -S. Nous avons évidemment pris contact avec Bernard Tapie afin de confronter nos informations. « A quoi cela sert que je réponde aux questions ? De toute façon, tu es de mauvaise foi. Je préfère te laisser écrire ton article, et puis j’enverrai un droit de réponse. D’ailleurs, je t’emm… » Clic. Fin de la conversation.

Source : Le Nouvel Observateur