lundi 16 février 2015

Une famille américaine fait pousser 3 tonnes de nourriture bio par an dans son jardin


Aux États-Unis, à 15 minutes du centre-ville de Los Angeles, une famille fait sa révolution en créant sa propre ferme urbaine qui produit assez de nourriture pour être auto-suffisante.


Les Dervaes - Un Jardin à la Maison by alalumieredunouveaumonde


C’est à Pasadena en Californie, que vie la famille Dervaes au milieu d’une micro ferme de 370 mètres carrés. Devenue une véritable ferme urbaine, elle produit 2,7 tonnes de nourriture par an, ce qui rend la famille auto-suffisante en nourriture. Cet exemple donne une idée et fait réfléchir sur ce qu’il est possible de faire dans un endroit assez commun, à une dizaine de minutes du centre-ville.

Un objectif : manger des légumes du jardin 100% bio

Vous pensiez ne pas pouvoir faire pousser beaucoup de nourriture en milieu urbain ? En êtes-vous vraiment sûr ? L’histoire des Dervaes va vous faire changer d’avis. Dans un jardin de 370 mètres carrés, la famille Dervaes arrive à faire pousser 2.700 kilos de nourriture par an (6.000 pounds) avec beaucoup de sueur, de courage et quelques larmes.

Jules Dervaes a créé cette ferme, il y a plus de 20 ans, avec ses trois enfants, Justin, Anaïs et Jordanne, dans le but de manger une nourriture saine, biologique, sans OGM et cultivée maison. Pour cela, il part d’une réflexion simple et juste : “Nous sommes tous sur le même bateau, sur la même Terre. Aujourd’hui, les gens se posent de plus en plus de véritables questions sur le futur de la planète et ils n’ont plus peur de prendre des risques. J’en fait partie.”

Ce jardin merveilleux fournit aux Dervaes 90% du contenu de leurs assiettes, le reste ne pouvant être produit sur place (blé, riz, avoine, etc). Sur près de 400m², ils arrivent à faire pousser 400 variétés de fruits, légumes et fleurs comestibles, ce qui représente près de trois tonnes d’aliments par an. En plus de cela, ils élèvent huit poulets, quatre canards et deux chèvres qui leur offrent du lait et des oeufs au quotidien. Au final, ils mangent 100% bio tous les jours pour moins de 2 euros par personne. Qui a dit que le bio coûtait trop cher ?

Produire local pour toute la famille, mais pas uniquement

Bien que la surface de son jardin ne soit pas grande, Jules Dervaes s’étonne encore de cette réussite collective : “J’ai toujours pensé que cet endroit était trop petit, qu’il ne serait jamais possible de devenir auto-suffisant. En plus d’arriver à nous nourrir, je n’aurais jamais imaginé un jour vendre mon surplus de légumes.

En effet, la famille n’est pas assez nombreuse pour manger l’intégralité de ce que leur offre la Nature. Ainsi ils vendent leurs excédents à une poignée d’habitués, et même à des grands chefs de restaurant locaux, séduits par la qualité d’une nourriture saine et de proximité.

Cette revente permet aux Dervaes de gagner jusqu’à 20.000 dollars par an, ce qui constitue une part importante de leur revenu.

Une vie plus simple, des factures plus légères

Malgré un revenu plus faible, cette famille américaine ne vit pas dans le besoin. Notamment car les toutes dépenses sont réduites au maximum.

Leur facture d’électricité ne s’élève qu’à 12 dollars par mois. Rien d’impossible lorsqu’on est aidé par un toit solaire. Bannissant le micro-onde dans leur cuisine, il travaille le plus possible à la main. Pour réduire les dépenses, même la facture de carburant est nulle, il fabrique eux-mêmes leur biodiesel à partir de déchets végétaux que leur offre les restaurants voisins.

L’Amérique toute entière s’émerveille de cet exploit familial. Leur site internet et leur blog ont déjà reçu plus de 6 millions de visiteurs.

Des rires, de la sueur et une dose de philosophie

Loin des 35 heures auxquelles beaucoup sont habitués, à la ferme urbaine, chaque membre de la famille travaille en moyenne 10 heures par jour. Un travail qui demande beaucoup d’énergie, qui provoque des rires, de la sueur et amène parfois des larmes.

Les choses ne sont pas tout le temps roses. Régulièrement en désaccord, ils doivent s’efforcer de penser et agir collectif, en mettant souvent de côté leur besoins individuels. En plus de cela viennent s’ajouter les nuisances naturelles qui perturbent leur travail de groupe. Conditions météorologiques, sécheresse californienne, insectes prédateurs, maladies, changements climatiques, certaines récoltes sont moins fluctuantes que d’autres.

Malgré ces aléas, la famille n’échangerait son quotidien pour rien au monde. Jules Dervaes résume sa philosophie ainsi : “J’ai compris très tôt qu’il fallait résoudre le problème alimentaire, car si vous faites pousser votre propre nourriture, vous devenez plus “puissant”, c’est-à-dire moins dépendant de ceux qui essaient de vous contrôler. En fait, je pense que cultiver ses propres aliments est l’une des choses les plus dangereuses à faire. Vous prenez un risque, celui de devenir libre.

Source : http://www.bioalaune.com     vu  sur     http://lesmoutonsenrages.fr

3 commentaires:

  1. Anonyme17.2.15

    bravo ! que tout le monde s'y mette, et adios les lobbies industriels qui nous empoisonnent !

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme17.2.15

    Cela fait plaisir de voire d'autre personnes comme moi indépendant des magasins de nourritures.

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme17.2.15

    Oui c'est beau, courageux et enthousiasmant!
    Cependant ne nous leurrons pas,combien de personnes adoptent ce mode de vie aujourd'hui en famille de surcroît? Il est consternant de voir à travers de nombreux reportages dans le monde entier le nombre de paysans qui souhaitent ardemment que leurs enfants fassent des études en ville pour ne plus faire comme eux car trop mal payés, car trop dur. Combien de fermes cessent leurs activités par jour ne serait-ce qu'en France? Certes elles ne sont pas en bio mais moi qui travaille dans ce secteur, je peux me rendre compte par les producteurs qui nous livrent de la difficulté d'en vivre correctement; Il faut batailler sans cesse contre les clichés, contre les banques... ceux qui s'en sortent ont choisi des niches telles que le marché du luxe (restauration, épicerie fine) mais faut voir les prix!!

    Il y a également quelque chose que j'aimerais rectifier Le 100% bio n'existe pas. 95% bio oui, les 5 % restant correspondant à la radioactivité résiduelle, les pluies acides, les pcb, les chemtrails (eh oui il ne faut pas les oublier) etc... et la pollution à Los Angeles !!

    Dans notre société de loisirs produire sa nourriture reste encore très marginal; on préfère plus suer dans une salle de sport pour être bien musclé pour plaire plus et encore plus, pour partir en vacances et frimer le bras tendu au volant de sa belle voiture qui absorbe tout le budget et en faisant l'impasse sur la nourriture sans oublier le sacro saint téléphone portable de plus en plus technologique à des prix de plus en plus incroyable. La vie moderne telle qu'elle est organisée aujourd'hui ne nous permets plus de pouvoir produire sa nourriture. C'est un véritable défi d'y arriver même avec des jardins familiaux ou ouvriers, il faut travailler à côté et même si les besoins d'argent sont réduits il en faut un peu quand même et là ça se complique surtout avec des horaires de travail tels qu'on en voit aujourd'hui de plus en plus.

    Merci de nous montrer cet exemple qui donnera envie j'en suis sûr et j'en fait partie.

    Barados56

    RépondreSupprimer