vendredi 17 février 2017

Des scientifiques découvrent un lien entre les vaccins et l'apparition de troubles neuropsychiatriques chez les enfants et adolescents


http://france-revolution-investigative-reporter.

L'équipe de chercheurs de la Yale School of Medicine et du Penn State College of Medicine  affirme que les enfants âgés entre 6 et 15 ans qui ont reçu des vaccins entre 3 mois et 12 mois précédents l'apparition de pathologies neuropsychiatriques sont plus à risque d'être diagnostiqués avec certains troubles neuropsychiatriques que leurs homologues non-vaccinés.

Dans cette étude, on a utilisé un échantillonnage d'enfants et d'adolescents, provenant d'un registre d'assurances privées, qui ont reçu un diagnostic de l'un des sept troubles neuropsychiatriques suivants: anorexie mentale, trouble de l'anxiété, du déficit de l'attention et hyperactivité (TDAH), trouble bipolaire, dépression majeure, trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et le trouble du tic chronique, un autre groupe-témoin de jeunes n'ayant aucun trouble neuropsychiatrique et un dernier groupe ayant des plaies ouvertes et des fractures.

Sans surprise, l'étude n'a démontré aucun lien entre les plaies ouvertes/fractures et les vaccins. Aucune association significative n'a été démontrée entre la dépression majeure, le trouble bipolaire et le TDAH et les vaccins. Cependant, les enfants qui avaient été vaccinés étaient 80% plus susceptibles d'être diagnostiqués d'anorexie mentale et 25% plus susceptibles d'être diagnostiqués avec le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) que leurs homologues non-vaccinés.

Dans la conclusion rédigée avec parcimonie, les chercheurs mettent en garde de ne pas faire d'interprétations imprudentes avec ces résultats, mais demandent tout de même une enquête plus approfondie. "Cette étude pilote épidémiologique implique que l'apparition de certains troubles neuropsychiatriques peuvent être temporairement liés aux vaccinations antérieures dans un sous-ensemble d'individus," écrivent-ils. "Ces résultats justifient une enquête plus approfondie, mais ne prouvent pas un rôle causal des infections antérieures ou des vaccinations dans la pathologie de ces conditions."

Dans cette étude, la vaccination contre la grippe a été fortement corrélée à l'anorexie et au trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Au même moment, de nouvelles recherches faites par le CDC ont montré que le conservateur contenu dans certains vaccins, soit le thimérosal qui est à base de mercure, peut endommager le cerveau vu sa toxicité. Pourtant, les vaccins contre la grippe multidose contiennent encore du thimérosal et sont toujours recommandés pour les femmes enceintes et les nourrissons en Amérique et ce, en dépit des risques documentés scientifiquement!

Source : http://france-revolution-investigative-reporter.over-blog.com

4 commentaires:

  1. Anonyme18.2.17

    labos concernés et politiques de la santé concernés = en taule pour ateintes graves a la santé humaine et surtout de tout petits-petits qui ne peuvent rien dire et faire si ce n'est que de subir ce totalitarisme criminel d'etat:cela va faire parti de ces scandales a effets irreversibles qui precipitent dans leur chute ces nazis de la seringue obligatoire

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme18.2.17

    Très très important au sujet des vaccins,depuis longtemps ces vaccins font des dégâts considérables sur la myéline du cerveau,tous les enfants et adultes qui ont reçu des vaccins sont atteint sauf ceux qui ne sont pas vaccinés.C'est très très grave le but de ces oligarchies de façon répétitive avec ces vaccins c'est de nous maintenir dans la big-pharma à vie en passant par la psychiatrie, à la clé un argent phénoménal à perpétuité, nous transformer via le transhumanisme.La myéline est très fragile ses filaments arrivent petit à petit à s’effilocher,dès qu'un bébé naît il est parfaitement en bonne santé, lorsqu'il est vacciné ce bébé n'est plus le même,je ne suis pas docteur, je suis une maman qui observait ces bébés.C'est dégueulasse, ce sont des pourritures,il faut les jugés devant le peuple de la terre,ils méritent la prison à vie.

    RépondreSupprimer
  3. Je peux confirmer la véracité des propos ayant moi même était victime, et ayant des séquelles dû aux vaccins. Suite notamment au vaccin H1n1 que j'ai reçu quand j'avais 15 ans en 1 ere au lycée et un ROR que j'ai reçu pour travailler en milieu hospitalier. J'ai eut par la suite des troubles de l'attention, de la concentration, une forme de narcolepsie, une hypersensibilité aux sons, lumières, des spasmes nerveux, des inflammations au niveau du cerveau, ma croissance a été freinée et j'ai actuellement une asymétrie droite-gauche qui fait que ma partie droite est moins développée, moins sensible. Je me soigne seul depuis maintenant 2 ans environ, étant donné que je fais face au scepticisme de mes parents et l'ignorance médicale. J'ai souffert très longtemps d'une grosse dépression et d'une apathie totale. J'ai également développé une forme d'autisme, avéré par des professionnels de la psychiatrie et des psychologues. Tout ça pour dire, que j'étais un jeune tout à fait normal, même en avance, vif et sportif et qu'a partir des vaccins, j'ai perdu en capacité, en gout, en compréhension, ce qui m'a pourri la vie, dans mes études, ma santé, mes relations. J'étais totalement démuni, et j'ai pris le temps de reprendre gout à la vie après une tentative de suicide.
    Je me soigne et rééduque tout mon corps, avec des exercices tous les jours, de concentration, du sport, des stimulations nerveuses (j'ai une partie du visage qui s'affesse), une meilleure hygiène de vie.
    Le vaccin m'a bouffé, un temps que je ne pourrais jamais récupéré, de l'énergie que je dois mettre à contribution pour redevenir "normal".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme21.2.17

      c'est malheureux de voir nos vies basculer comme ça du jour au lendemain à cause de choses qui sont censées être sans importance, et pire pour nous "protéger".
      c'est honteux... je vous trouve très courageux et vous souhaite bon courage pour maintenir vos efforts et vous rétablir du mieux possible

      Supprimer