jeudi 20 avril 2017

Des perturbateurs endocriniens retrouvés dans les cheveux des enfants


Tous les enfants de notre étude sont contaminés par des dizaines de perturbateurs endocriniens. Pas étonnant : ces substances sont utilisées partout !

Des dizaines de perturbateurs endocriniens nous contaminent dès l’enfance. C’est ce qui ressort de nos analyses réalisées sur un panel de 43 filles et garçons âgés de 10 à 15 ans, vivant en milieu urbain ou rural. Phtalates, bisphénol A (ou S, l’un de ses substituts), pesticides… L’organisme de bon nombre d’enfants contient non pas une, ni deux, mais un véritable cocktail de ces substances.

Une traque sans relâche

Depuis plusieurs années, 60 Millions traque sans relâche les perturbateurs endocriniens, suspectés ou avérés, présents dans les aliments, les cosmétiques et produits d’hygiène (maquillage pour enfants, couches-culottes, lingettes pour bébé, tampons et protections féminines) et beaucoup d’autres produits du quotidien (couettes, vêtements…).

Cette fois-ci, nous avons eu recours à un protocole qui consiste à détecter les contaminants dans les cheveux. Parce que le cheveu est irrigué à la racine par des vaisseaux sanguins, il se charge de composés auxquels le corps est exposé.

Jusqu’à 54 contaminants différents chez un même enfant

Tous les enfants de notre étude sont contaminés. Nous avons retrouvé jusqu’à 54 perturbateurs endocriniens différents chez un même enfant. Et en moyenne, nous avons détecté et quantifié 34 contaminants chez les jeunes participants à notre étude.
Couverture du n°526 sur les perturbateurs endocriniens
Retrouvez le détail de notre étude « Perturbateurs endocriniens : nos enfants contaminés », et le guide qui vous permettra de les éviter au maximum dans la vie de tous les jours, dans le n° 526 de 60 Millions de consommateurs (mai 2017).

À noter que, pour cette étude d’ampleur, nous avons recherché 254 molécules appartenant à sept grandes familles de perturbateurs endocriniens : bisphénols, phtalates, pesticides, métaux lourds, polychlorobiphényles (PCB), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et retardateurs de flamme bromés (PBDE).

Protéger les enfants en priorité

Les perturbateurs endocriniens sont suspectés, même à faible dose, de pouvoir perturber le développement normal de l’organisme, y compris durant la vie in utero. C’est pourquoi les enfants et les femmes enceintes sont les populations à protéger en priorité. Leurs effets peuvent survenir à la naissance ou plus tardivement dans la vie. Ils peuvent même sauter des générations.

Chez l’enfant, on rend les perturbateurs endocriniens responsables notamment de prématurité, de malformations congénitales, ou encore de puberté précoce. Chez l’adulte, ils sont incriminés dans la survenue de cancers, d’infertilité, de maladies dites métaboliques comme le diabète…

À LIRE AUSSI >>> Notre dossier Halte aux toxiques !

Omniprésents dans nos logements

À l’image du bisphénol A, désormais interdit dans les biberons vendus au sein de l’Union européenne, la toxicité intrinsèque de bon nombre de perturbateurs endocriniens ne fait plus débat. Mais le fait de trouver autant de molécules de ce type chez un même enfant pose en plus la question des effets « cocktail ».

Du sol au plafond, de la cuisine à la chambre à coucher, les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans nos logements. Il paraît urgent qu’un cadre réglementaire contraigne les industriels à les supprimer de leurs chaînes de fabrication.

À quand une interdiction ?


Hélas, les discussions n’en finissent plus. Attendue depuis 2012, une proposition fixant les critères de définition des perturbateurs a été présentée par la Commission européenne en juin 2016. Depuis, les débats vont bon train.

À LIRE AUSSI >>> Perturbateurs endocriniens : ce que proposent les candidats à la présidentielle

Source : http://www.60millions-mag.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire